"J'étais Chez Deuce avec Pisaquari l'autre nuit quand on a décidé de faire une petite expérience avec Google. Vous voyez, malgré le fait d'avoir par le passé posé un challenge à mes nombreux apologistes de la pornographie en leur demandant de produire un exemple de pornographie "féministe" (ou au moins non misogyne), je n'ai pas encore eu l'occasion de voir une de ces licornes moi-même. Je n'attache pas vraiment d'importance au fait d'en voir réellement un jour, puisque je n'ai pas besoin que d'autres gens me disent à quoi penser pour me masturber, mais j'aimerais avoir des preuves quand les gens passent leur temps à clamer que toute la pornographie n'est pas nécessairement chargée de haine des femmes. Je ne comprends pas vraiment non plus pourquoi les gens - spécialement des féministes - passent tant de temps et d'énergie à discuter trois pauvres films féministes qui pourraient éventuellement exister tout en ignorant les trois milliards et quelques images pornographiques misogynes qui existent bel et bien, elles.

Alors on a googlé "pornographie féministe" pour voir ce qu'on allait trouver. On a obtenu 322 000 résultats, dont la majeure partie étaient des discussions par des féministes autour de la question de la possibilité et l'existence d'une pornographie féministe, à côté d'un très, très petit nombre de sites prétendant offrir de la pornographie "pro-femmes". Sur la première page de résultats, il n'y en avait que deux qui contenaient de la pornographie ou un lien vers de la pornographie, et il n'y en a pas eu d'autre avant la cinquième page de résultats. À partir de là, je n'ai rien vu d'autre et j'en ai finalement eu assez de voir les mêmes résumés de résultats encore et encore : recyclage du bon vieux débat "la pornographie féministe est-elle une oxymore" et des interviews de femmes qui clament être à la fois féministes et porn stars. Intéressant.

Nous n'avons pas exactement été choquées par les résultats, bien que je crois que nous avons été un peu surprises qu'il n'y ait que trois sites en cinq pages prétendant offrir de la pornographie féministe. Je veux dire, je sais que la majorité de cette soi-disant pornographie féministe ne mérite tellement pas ce nom que c'en est comique, mais je supposais tout de même qu'il y aurait plus que trois site en cinq pages feignant d'atteindre ce but. Nous avons décidé de comparer ces résultats avec d'autres termes de recherche pour des variétés de pornographie de niche dont nous supposions qu'elles auraient un nombre de résultats similaires.

On a googlé "porno viol". On a eu 1 860 000 résultats, et la première page tout entière, en dehors d'un lien vers l'article Wikipedia sur la pornographie représentant des viols par des tentacules, était faite de liens offrant du viol pornographique. Sur les cinq premières pages, chacun des résultats sauf trois était un site pornographique sur le viol. Quelques citations : "des jeunes salopes adolescentes qui pleurent dans des films violents de viol !", "des gonzesses qui pleurent en se faisant pénétrer les trous par d'innombrables mecs à la suite ou même en même temps - le tout sans leur consentement, dans les inimitables vidéos de viols collectifs !", "violez ces salopes tellement durement qu'elles saignent de leurs trous du cul tordus et de leurs chattes maltraitées".

On a googlé "porno brutale". On a eu 2 810 000 résultats, et chacun des résultats dans les cinq premières pages, sauf une histoire dans le journal à propos d'une alarme sur la pornographie brutale avec des enfants, était un site offrant des trucs du genre "sexe brutal, baise la dans la gorge et dans la gueule" et "parmi la pornographie la plus flippante sur le net".

On a googlé "porno chien". On a eu 47 600 000 résultats, et à part quelques articles à propos d'un acteur porno qui avait tué un chien et un crétin demandant ce qui se passerait si son chien regardait de la porno sur Yahoo! Questions, l'intégralité des cinq premières pages était faite de sites offrant des choses comme "des chiens baisent des chattes mouillées. énorme bite de cheval dans une chatte d'adolescente" et "des chiens qui baisent des filles, femmes qui boivent du sperme animal, éjaculation bestiale".

Soupir. Au nom de dieu. Pouvons-nous faire face aux putains de faits, S'IL VOUS PLAIT ? Il y a presque six fois plus de sites pour "porno viol" qu'il n'y en a pour "porno féministe", près de neuf fois plus de résultats pour "porno brutale", et près de cent quarante-sept fois plus de résultats pour "porno chien". Dans les trois cas, les premiers résultats étaient tous des sites offrant des images de femmes brutalisées, violées, ou baisées par des animaux, sans aucun article, post de blog, ou interview avec qui que ce soit qui puisse penser qu'il y a un problème avec l'existence d'une propagande qui apprend aux hommes et aux garçons que les femmes et les filles sont des sous-humains et disponibles pour être violées. Je sais comment l'optimisation des moteurs de recherche fonctionne, mais je sais aussi que le nombre de fois où les gens cliquent sur un certain site en relation à un terme de recherche donné joue un rôle dans la position de ce site dans les résultats pour les futures recherches sur ce terme.

Savez-vous ce que cela signifie ? Personne ne clique sur les sites qui disent offrir de la pornographie féministe. Des tas de gens cliquent sur des sites qui offrent de la pornographie sur le viol. Si la pornographie féministe existait réellement, cela ne changerait rien, parce que personne ne cherche de la pornographie féministe et personne n'a envie de savoir à quoi ça pourrait ressembler parce que les gens ne regardent pas de la pornographie pour voir deux égaux qui s'éclatent. Pendant que nous perdons notre temps à argumenter sur l'existence ou non de la pornographie féministe, sur la possibilité qu'une féministe soit dans la pornographie mainstream sans être virée du club, sur la possibilité des femmes à participer à la production de porno mainstream et de continuer à se dire féministes, etc., les hommes produisent et consomment assez de pornographie brutale pour nous noyer toutes dans un marécage purulent de misogynie. Ce ne sont pas des hommes dont ces sites proclament que nous allons les voir se faire baiser par des ânes, violer analement collectivement, baiser brutalement dans la gorge, et couverts de foutre. Ce sont des femmes, et ce sont les femmes qui doivent vivre dans un monde saturé d'images de femmes dégradées, dévaluées, déshumanisées, et méprisées. Qu'est-ce qu'on en a à foutre, dans ce contexte, si deux ou trois geeks tatoués du club de théâtre, au QI de 115 et adorateurs de zombies pensent qu'ils ont trouvé un moyen de faire une vidéo de deux personnes qui baisent n'impliquant pas que la femme soit traitée de pute ?

Nous devions essayer de trouver quelque chose d'encore plus sophistiqué que la porno féministe. On a essayé "porno pizza" (3 190 000 résultats) et on a obtenu un combo de photos de pizzas avec des saloperies ridicules dessus et des sites parlant d'introduire des "salopes" à de "grosses saucisses". On a essayé "porno rodéo" (748 000 résultats) et avons trouvé des sites montrant des femmes chevauchant des taureaux et baisées par des rednecks. Alors, évidemment, on a essayé "porno redneck" (725 000 résultats) et avons découvert qu'il y a des milliers de sites qui mélangent l'inceste entre cousins et la chasse aux daims pour en faire un super moment. On a essayé "porno clochard" (1 050 000 résultats), "porno flic" (2 730 000 résultats), "porno emo" (2 920 000 résultats), "porno pet" (1 680 000 résultats), "porno merde" (6 490 000 résultats), "porno fraternité" (387 000 résultats), et "porno vomi" (1 620 000 résultats). Il semblait impossible de trouver un genre pornographique qui ait généré moins d'intérêt que la pornographie féministe, quand finalement nous sommes tombées dessus. La porno de concierge ! (NDT : janitor en anglais, soit concierge au masculin) Seulement 239 000 résultats ! Mais pour être juste avec les concierges et les amoureux de la porno avec des concierges, il y avait un certain nombre de vrais sites pornographiques avec des clips du genre "un concierge prétend être riche donne de la fausse vodka à des SALOPES pour du sexe en groupe" parmi les cinq premières pages de résultats, alors même si "porno concierge" peut générer moins de résultats que "porno féministe", il pourrait en réalité y avoir plus de porno avec des concierges qu'il n'y a de pornographie féministe (en fait, je suis sûre que c'est le cas, puisque j'ai désormais vu de la porno de concierge alors que je n'ai toujours pas trouvé de porno féministe).

Prenons un peu de perspective, hein ? Quand quelqu'un passe 99% de son temps à défendre 0.0000001% d'une industrie tout en évitant de se confronter aux 99.9999999% de l'industrie qui ont des effets réels sur les vies des femmes, cette personne a l'air un peu délirante/défensive/malhonnête. Lâchez l'affaire. Admettez que vous savez que la pornographie est mauvaise pour les femmes et que vous l'utilisez, y participez, ou en profitez malgré tout. Vous ne trompez personne, et je doute même que vous vous trompiez-vous même".

Traduit par Neige, source : http://rageagainstthemanchine.com/2010/12/20/get-on-the-fucking-ball-janitors/